Bella et Edward - Twilight

Qu’on aime ou non les films à l’eau de rose où on a le droit à des scènes de sexe passionnées, il faut avouer qu’entre fiction et réalité les différences sont grandes…

C’est la remarque qu’on se fait souvent avec Ju, ma moitié : le sexe au cinéma, c’est carrément le monde des bisounours. Et oui, le sexe dans les films c’est inévitablement une parfaite osmose, de la sensualité et un trop plein de classe et de performances où les partenaires sont toujours au top sans rencontrer de panne ni de moment embarrassant… Pas très réaliste tout ça.

Aujourd’hui je vous présente les 5 plus grosses différences entre le sexe au cinéma et dans la réalité. Comprenez plutôt les 10 plus grosses énormités qui me font bien marrer quand je regarde (sous la contrainte bien sûr, j’ai ma fierté) une comédie romantique.

 

I. « On va chez moi ? J’ai un super appart et un petit Chianti que je gardais juste pour toi »

Au cinéma, pas de sexe sans restaurant avant. Logique, car après que John ai dévoré du regard Julia, la jeune journaliste stagiaire qui fait des photocopies pour sa patronne tyrannique, on a  toujours le droit à un délicieux « Hey, on pourrait peut-être aller manger quelque part tous les deux » ? Et à Julia de répondre en rougissant « Oh John, est-ce bien raisonnable… Ce soir 20h ? »

Tout se passe merveilleusement bien et après avoir bien bu et mangé, arrive inéluctablement la phrase de John : « On va chez moi ? J’ai un super appart et un petit Chianti que je gardais juste pour toi ». La suite, vous la connaissez, les deux âmes sœur dévorées par le désir se déshabillent déjà dans la cage d’escalier, John parvenant (les doigts dans le nez) à ouvrir son appart sans sortir sa langue de la bouche de Julia. John guide Julia à l’aveugle directement dans la chambre pour commencer ce qui n’est que le début d’une nuit de sexe animal.

Ok, c’est super mignon. Mais comment expliquer que John et Julia n’aient pas une envie d’uriner tellement forte en rentrant du restaurant (la bière, le vin ou le kirch framboise c’est super diurétique) qu’elle en devient prioritaire sur toute romance ?
Dans le même esprit, je ne suis pas persuadé que mes voisins apprécieraient de me voir cul nu en train de chercher mes clefs tout en continuant de rouler une pelle à la belle avec qui je compte conclure… Bref, ça part déjà mal pour mon esprit cartésien.

Petite fille qui a envie d'uriner

II. « Prends-moi partout… oui partout ! »

J’ai l’impression que la chambre pour faire l’amour, c’est un peu devenu has been dans les comédies romantiques. Le sexe au cinéma c’est plutôt sur le plan de travail de la cuisine, sur une table basse, un bureau ou encore côté lavabo dans la salle de bain. Tout cela bien sûr sans préparation préalable.

Je suis personnellement 100% pour tout ce qui peut booster la libido et le désir, mais rien qu’à l’idée de foutre en l’air 2h de ménage et de rangement effectuées spécialement pour cette fille la veille au soir, au risque de casser mon mug préféré, de pourrir le classement de mes fiches d’impôt ou encore de lui coller les fesses sur un plaque à induction encore chaude je crois que j’y réfléchirais à deux fois : « Dans la cuisine, t’es sûre ? Tu sais mon lit est au top aussi… « 

Homme déconcerté

III. Le sexe au cinéma, cette chorégraphie

Le sexe dans les films, c’est aussi une parfaite synchronisation de l’orgasme. C’est l’atteinte du septième ciel à deux, au même moment, en hurlant tout le désir et l’amour que l’un a pour l’autre. C’est un peu comme avoir trois 10/10 à Danse avec les Stars après un Jive endiablé en entendant Jean-Marc Généreux te gueuler un grand « J’ACHEEEEEEETE ». La perfection quoi.

Je ne dis pas que cela n’est pas possible, mais statistiquement c’est déjà vraiment exceptionnel que les deux partenaires aient un orgasme à chaque relation sexuelle, alors en même temps ça frôle le miracle. En temps normal on a plus tendance côté mec à se retenir et à tout  donner pour satisfaire sa belle (et c’est sportif). Côté fille, on attend que ça vienne parfois en pensant à tout autre chose.

couple amoureux faisant l'amour

IV. Le PQ n’est jamais dévié de sa fonction première

Ai-je vraiment besoin d’expliciter mon propos ? Pour ne pas épiloguer sur le côté obsur de « l’après sexe » voici deux superbes illustrations de College Humor pour illustrer  ma pensée :

Dans les films

Sexe dans les films

Dans la réalité

sexe réalité - ©College Humor

Voilà Voilà…

 

V. Bien peigné, bien maquillé

Comme diraient nos amis Anglo-Saxons : « And the last but not the least » !
Vous en conviendrez, dans les films après le sexe, John est toujours beau gosse, ses cheveux gominés bien peignés et pas une goutte de sueur qui perle sur son front. Et pourtant Dieu sait qu’il a dû batailler des heures durant pour conserver sa réputation d’homme à femme.

Julia elle, a le make-up figé. Une belle mascarade ce mascara qui ne coule pas et ce fond de teint ultra résistant ! Le blanc immaculé des oreillers est préservé et ses cheveux ne sont pas ébouriffés en mode Roi Lion. Tellement fake !

Et vous, vous en pensez-quoi ? Quelles sont pour vous les plus grandes différences entre le sexe dans les films et la réalité ? On attend de voir ça en commentaires !

Tintin
Tintin, 23 ans, amoureux et en couple depuis maintenant 5 ans. D'une nature plutôt romantique mon couple a une importance capitale dans ma vie. Je vous donne sur ce blog mes conseils et ma vision du couple pour que vous puissiez vivre votre relation à fond tout comme moi.